L'approche énergétique

L'ostéopathie dite "énergétique", comme toutes les approches dites énergétiques, est un concept basé sur des observations uniquement empiriques, et qui peut aussi être source de mauvaises interprétations. Il s'agit d'un simple toucher thérapeutique, qui est indissociable d'un traitement manuel.

Explications:

Sous les apparences solides, et le monde de formes dans lequel nous évoluons, la matière n'est pas si dense qu'elle le paraît. En physique quantique, on décrit les structures que nous jugeons "solides" comme étant de simples processus, déterminés par une énergie interne de l'ordre de l'infiniment petit.

Ainsi, une simple pensée n'est pas totalement subjective, elle existe bel est bien comme un influx électrique circulant à travers le corps. Et ne se limitant pas à celui-ci. Et est par exemple perceptible physiquement, à l'aide de l'imagerie médicale. 

Il en est de même pour le corps lui-même. Il apparaît divisé, mais pourtant, il fait fondamentalement partie de ce qui l'entoure, il est intriqué à tout ce qui existe, malgré sa perception de l'individualité et de la séparation, il n'y a pas de limite totale entre deux personnes, comme il n'y a pas de limite entre un os, un muscle et un tendon (le corps n'est pas simplement composé de couches superposées de nature différente, il y a une réelle continuité anatomique entre l'os et le tendon qui s'y insère, entre le muscle et le fascia qui le délimite, etc).

De même, dans une échange entre deux personnes, le son est diffusé sous forme d'énergie, le corps est lui aussi une énergie en mouvement capable de capter celui-ci, et la pensée aussi. La matière n'étant qu'une manifestation de celle-ci. Un traitement quel qu'il soit ne se limite donc pas à une modification de la forme physique, mais aussi de l'information qui circule. 

Le simple contact des mains d'un thérapeute induit un échange énergétique qui se fait malgré nous, et dont nous ne sommes que très partiellement conscients. Depuis des millénaires, des guérisseurs fondent leur pratique sur la simple apposition des mains, avec parfois des résultats pour certaines pathologies (de plus en plus d'hôpitaux ont par exemple recours à des barreurs de feu dans les services de grands brûlés, parce qu'ils constatent des résultats sans que nous soyons actuellement en mesure de les expliquer) sans explications avec notre méthodologie d'études actuelle mais avec des constatations uniquement empiriques. Mais cela entraîne aussi des excès, car ce type de traitement est difficilement objectivable et soumis à de nombreux biais.

Ces méthodes ne sont pas adaptées à toutes les pathologies, un blocage mécanique ne pourra par exemple pas être soulagé par des techniques strictement "énergétiques". Tout au plus soulagé temporairement, et il nous est difficilement possible de déterminer la place de l'effet placebo dans ce cas de figure par exemple (qui a un effet réel et pas seulement subjectif). 

Mais puisque la moindre de nos cellules est composée de cette énergie, elle est la toile de fond de toute forme de guérison du corps physique. Que la guérison soit permise par des substances actives (traitement médicamenteux), par un traitement manuel (modification de la structure en relâchant des tensions), ou par même un suivi psychologique (diminution du stress qui peut entraîner des déséquilibrer important du système nerveux autonome et résulter en une pathologie fonctionnelle). 

Le rôle d'un ostéopathe est de réaliser un travail avant tout "mécanique", de libérer des tensions au niveau tissulaire, objectivables avec des tests de mobilisation, pas de réaliser du travail de fond au niveau énergétique ou un traitement exclusivement à base de toucher thérapeutique sans action directe sur la structure. Mais son action ne peut se limiter au niveau physique uniquement, car le fait de relâcher une structure anatomique en tension entraîne automatiquement des changements à tous les niveaux de la matière. Il peut cependant arriver que certaines tensions soient entraînées ou maintenues par exemple par un état émotionnel entraînant une attitude posturale pathologique.

Une personne qui ressent en permanence une sensation de "boule au ventre" ou de "nœud dans la gorge" par exemple, peut entraîner des tensions objectivables au niveau mécanique. La boule au ventre fait qu'on se recourbe vers l'avant, en cyphose dorsale, (cela peut par exemple limiter l'amplitude de mouvement du diaphragme, et ainsi gêner la charnière dorso-lombaire, amener les côtes en position de fermeture vers l'avant, créer des troubles mécanique de l'estomac etc).

Le fondement de l'ostéopathie étant de trouver la cause, si on se contente de traiter les dorsales, les côtes et l'estomac dans ce cas, et que l'on constate une récidive systématique de ces tensions mécaniques, c'est que la cause n'a pas été traitée et que le problème n'est pas d'ordre mécanique. On est à ce moment passé à côté du diagnostic. Mais parfois le simple fait de venir travailler sur cette "boule au ventre" au niveau dit "énergétique" (quelle que soit le nom donné à la technique employée d'ailleurs, un toucher est thérapeutique) permet au patient de conscientiser cette tension, de la ressentir et de la comprendre, et peut l'aider à résoudre sa cause même si celle-ci est une attitude psychologique ou corporelle. Afin de permettre de ne pas récidiver. Selon l'origine du problème, la solution peut alors être d'ordre psychologique (psychologue), posturale (podologue posturologue), énergétique (médecine chinoise, acupuncture, approches énergétiques etc). 

Le fait que le toucher thérapeutique permette de libérer des tensions dites "émotionnelles" peut être lié à ce qu'on appelle la mémoire tissulaire. Souvent lorsque l'on touche une zone qui s'avère en tension, ou un blocage au tests ostéopathique, on nous dit "ah oui j'avais oublié, ici j'ai eu <tel accident>" alors que cette information avait été omise par le patient dans l'anamnèse. Le sens du toucher à un rapport avec la mémoire, comme le sens de l'odorat peut réveiller des souvenirs.

C'est un traitement de l'information et de la mémoire à l'origine d'un blocage (un ouvrage intéressant à ce niveau est celui de M. Foissy sur la désengrammation en ostéopathie énergétique, aux éditions sully). Cela permet en quelques sortes de relâcher une réaction de défense qui entretient un état de tension inconscient sur un muscle (un mécanisme de protection mais qui n'a plus lieu d'être, comme quand on se contracte avant une chute pour se protéger).

L'approche énergétique est donc une approche complémentaire qui ne se veut pas exclusive, et qui peut aider à la prise en charge globale de certains problèmes spécifiques, n'est pas invasive, et dont la connaissance des bases permet aussi de reconnaître quand réorienter un patient vers une autre thérapie plus adéquate.