L'écoute tissulaire

L'approche tissulaire.

Comme dit précédemment, le corps humain est infiniment plus intelligent que le mental qui en émerge.

Lorsque l'on pose sa main sur une zone du corps "verrouillée", celle-ci, si nous la laissons faire plutôt que de lui imposer ce que nous "pensons" être bon pour elle, guide notre main. Les tissus se détendent, et tirent dans la direction qui les relâche le plus.

Suivre ce mouvement, en plus d'être un échange et un dialogue tissulaire intense, est l'une des clés pour aider le corps à se soigner lui-même.

Nous ne sommes plus à ce moment-là le "thérapeute", c'est le thérapeute intérieur du patient qui est révélé. Et celui-là est bien plus instruit que nous.

Parfois le corps ne peut pas trouver la voie, s’il n'a aucune fondation sur laquelle s'appuyer. Ici nous sommes le pilier qui permettons au patient de réorganiser sa propre structure, c'est l'action de son guérisseur intérieur.

Comme le nouveau-né sait mieux que nous ce qui est bon pour lui, le corps sait bien mieux que le mental ce dont il a besoin. Mais se faire entendre par le mental est tout autre chose, alors en tant qu'ostéopathes, nous devons être la vacuité qui accueille ce conseil sans le juger, sans rationaliser. Car cela fausserait l'infinie pureté, et l'immense intelligence de cette information.